Prendre des mesures draconiennes

En ce début d’année, vous avez pris des mesures draconiennes. Cette expression française est issue d’un autre temps. Le régime islamique de la République d’Iran adopte des mesures draconiennes, provocant la mort de Masha Amini, puis celles de nombreux manifestants. Souvent lorsque la peur domine le dirigeant, il se protège en incitant la peur parmi ses administrés. La formule pourrait laisser croire que ces mesures sont faites pour instaurer un sentiment de frayeur.

L’image qu’elle redonne en zoologie, est « qui ressemble à un dragon ». Ce mot de langage est à l’origine, d’un temps bien lointain. Remontons au… VIIe siècle avant notre ère. En ce temps, vers -621 av. J.-C., un législateur athénien voulait mettre un terme à la crise suite au coup d’État de Cylon.

Cylon, ancien champion d’Olympie réussi grâce à des soutiens à s’emparer de l’Acropole. Assiégés et affamés, de nombreux partisans sont tués. Cylon et son frère se placent sous la protection d’Athéna, au pied de son autel. Les sources diffèrent selon Hérodote, Thucydide, Aristote, Héraclique de Pont ou encore Plutarque. Les prytanes des naucrares, qui gouvernent à Athènes « font lever ces hommes en stipulant qu’ils pourront subir toutes les peines, sauf la mort. » (La nature et la date du crime des Alcménoides/Louis Molinier)

Dracon est un législateur athénien du moment, appartenant à la classe des Eupatrides. Le corpus de lois se distinguait par sa sévérité et sa droiture : le moindre vol était puni de mort, seuls quelques crimes n’étaient pas passibles de la peine capitale. Si bien, que l’on promet aux conjurés la vie sauve, mais ceux-ci sont mis à mort.

Attention à ne pas confondre mesure rigoureuse, radicale, inflexible comme le fut Magaret Thatcher, surnommée la dame de fer, et être déterminée, volontaire, inébranlable, ferme. Vous avez toutes et tous des buts à atteindre, ne prenez pas des mesures draconiennes. (Crédits : Skorchanov/Pixabay)

Dracon pour limiter les représailles et les vengeances privées fit connaître des lois réunies dans le code du même nom. Les simples voleurs comme les fauteurs de trouble se voyaient frappés de peines lourdes, le plus souvent disproportionnées à leurs actes, les autres délits étaient punis de mort ou d’exil. Pour preuve, Dracon avait fait écrire les lois dit-on, écrit « non avec de l’encre, mais avec du sang ».

Les légendes comme ses excès firent qu’il fut bientôt chassé d’Athènes. Deux versions s’opposent. La première indique qu’il serait mort en exil, l’autre il aurait été étouffé « par des monceaux d’offrandes qu’on aurait jetées sur lui au cours d’une représentation théâtrale. » Alors, au lieu de prendre des mesures draconiennes en début d’année, qui sont inflexibles, rudes et difficiles à faire admettre pour vos vœux, prenez juste de bonnes résolutions… ou pas.

Elise Dardut

Épicurienne, je reste une jeune femme à l’aise dans son corps et dans sa tête. Je pense par moi-même, j’agis par moi-même, j’entends les conseils et n’écoute que mon intuition. « Le jour où l’homme aura la malice, la finesse et la subtilité de la femme, il sera le roi du monde… mais ce n’est pas pour demain », me chantait mon grand-père. Il m’a appris que « les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse. » (Coco Chanel) Depuis, je m’évertue, pour qui veut bien entendre et écouter, à distiller des graines ici et là, au gré du vent. Un proverbe indien explique que « si vous enseignez à un homme, vous enseignez à une personne. Si vous enseignez à une femme, vous enseignez à toute la famille » Il est temps d’inverser les rôles et admettre l’équité, non ?

2 réflexions sur “Prendre des mesures draconiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *