L’armistice de la Première Guerre mondiale fête ses 104 ans

Tandis que la France célèbre le quatrième anniversaire de la capitulation allemande en forêt de Compiègne, de nombreuses manifestations dans l’hexagone et tout autour du globe se déroulaient. Les tensions sont encore vives en Europe. Alors que l’armistice commémoré le 11 novembre, peu ou prou de personnes n’y prête plus attention. Les « Poilus » ne sont plus, les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale, plus beaucoup à l’image du dernier et pas des moindres : Léon Gautier.

Peu avant 11 h, ce samedi 11 novembre 1922, le maréchal Foch attend le président Millerand devant la tombe du Soldat inconnu. Brisant ce silence, une marche militaire retentit au fond le l’avenue des Champs Élysées. Un cortège d’officiers et sous-officiers couverts de décorations et de brisques portent fièrement les 448 drapeaux des régiments dissous. Sur le passage des militaires, la foule se découvre avec respect.

La cérémonie autour de l’Arc de triomphe en 1923. (Crédits : Agence Rol/BnF)

La cérémonie se clôture par « Fermez le ban ». Président, maréchaux, officiels s’engouffrent dans leurs voitures, alors que les cloches des églises se mettent à sonner. Deux heures s’écoulent quand le convoi présidentiel aperçoit la forêt rousse de Rethondes. « … Une bruine épaisse, qui atténue la lumière du jour, limite très près de l’horizon, comme pour ne laisser voir que ce seul morceau de forêt où se déroula le grand événement qu’on peut revivre par la pensée ». C’est en ces termes que le journaliste de l’Écho de Paris raconte le cheminement du train présidentiel.

La foule se recueille en foret de Rethondes. Le président Millerand remet la Médaille militaire au Premier lord de la Mer, Rosslyn Erskine Wemmys. L’amiral Wemyss dit en un français impeccable « combien il est touché de l’honneur dont on l’a jugé digne ». (Crédits Écho de Paris/BnF/Gallica)

« Il y a quatre ans, ici même, au nom des alliés, premier lord naval, vous signiez avec le maréchal Foch, l’armistice. […] l’engagement solennel de garder toujours vivantes la mémoire des heures d’épreuve et de triomphe que nous avons vécues cœur à cœur ». C’est la signature de la paix retrouvée qui est célébrée ce 11 novembre de chaque année, depuis la loi du 24 octobre 1922.

Fidel Plume

Équilibriste des mots, j'aime à penser qu'il existe un trésor au pied de chaque arc-en-ciel. Un sourire éclaire la journée de la personne qui le reçoit. Elizabeth Goudge disait : « La gratitude va de pair avec l'humilité comme la santé avec l'équilibre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *