Il y a cent ans… la relativité faisait salle comble

La deuxième leçon d’Albert Einstein, prix Nobel de physique 1921 « pour ses services rendus à la physique théorique, et en particulier pour sa découverte de la loi de l’effet photoélectrique », a eu lieu au collège de France, en présence d’initiés. Une sensation de huis clos, car la salle ne pouvait admettre que les seuls convives. Langevin, responsable de l’organisation avait envoyé trop d’invitations. Si bien, que malgré le carton en bonne et due forme, certains retardataires se sont vu refuser l’entrée de l’auditoire.

C’est dans une stricte intimité toute relative, que le physicien allemand a pu échanger avec les hôtes, car n’en déplaise à la relativité, personne de plus ne pouvait plus y loger. Les objections du Collège de France ont sans doute tenu en haleine les auteurs, tant le principe de la relativité défraie la chronique des connaissances. Le côté cocasse de la chose est que les autres conférences devraient se dérouler dans des salles plus petites encore. Le journaliste du Figaro Fernand Rigny s’amusait de cet effet.

La venue du scientifique allemand, Albert Einstein, à Paris fait salle comble au Collège de France. (Crédits : Le Figaro/BnF Gallica)

« Dans les temps passés, alors que l’univers semblait obéir aux lois de Copernic, de Galilée, de Newton, et que l’on croyait ces lois éternelles, la réponse aurait été celle-ci : cherchons une salle plus grande ! » Seule certitude, c’est l’incertitude, car avec Albert Einstein, personne ne sait plus si l’univers est infini, si la Terre tourne, si les salles ont quatre dimensions ou davantage. Pour la prochaine, l’attente est réduite à cet expédient : envoyer moins d’invitations, s’amusait Fernand Rigny.

Elise Dardut

Épicurienne, je reste une jeune femme à l’aise dans son corps et dans sa tête. Je pense par moi-même, j’agis par moi-même, j’entends les conseils et n’écoute que mon intuition. « Le jour où l’homme aura la malice, la finesse et la subtilité de la femme, il sera le roi du monde… mais ce n’est pas pour demain », me chantait mon grand-père. Il m’a appris que « les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse. » (Coco Chanel) Depuis, je m’évertue, pour qui veut bien entendre et écouter, à distiller des graines ici et là, au gré du vent. Un proverbe indien explique que « si vous enseignez à un homme, vous enseignez à une personne. Si vous enseignez à une femme, vous enseignez à toute la famille » Il est temps d’inverser les rôles et admettre l’équité, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.