Il y a cent ans… une brève histoire de sports

Le sport évolue sans cesse, tant pour sa pratique elle-même que pour l’ouverture de l’équité. Les pistes en tartan voient leurs athlètes au sol pour récupérer des efforts effectués. Or, plusieurs femmes s’effondraient à la fin de l’épreuve de 800 m en 1928, déclarée trop dangereuse pour le sexe faible, elle est interdite jusqu’en 1960. C’est en 1922 au stade Pershing de Paris que se produisent les jeux mondiaux féminins, et à Monte-Carlo les Olympiades féminines… du chemin a été parcouru depuis.

Le 24 avril 1922 se déroulait une rencontre internationale de hockey. L’équipe de France dominait la Suisse par 3 buts à rien. Le noble art produit deux matchs, l’un en Angleterre mettant aux prises Charles Ledoux et Tommy Harrison, puis pour le titre de champion de France des poids moyens entre Maurice Prunier et Balzac. La Coupe de Paris verra s’affronter sur terrain vert les équipes du Club athlétique des sports généraux face à l’Union sportive suisse qui ont battus respectivement, le Red Star 2 à 0 et le Club Français 3 à 1.

Dépasser les 30 kilomètres par heure au volant d’une quadrilette était une prouesse, en 1922. Ici, une Peugeot Quadrilette type 161 de 1922. Pour 9900 francs vous pouviez acquérir une Cyclecar avec capote phare et roue de rechange, une usure des pneus presque nulle, quatre cylindres, trois vitesses, deux places et une marche arrière. (Crédits : Thomas Bersy)

Le sport automobile pensait déjà faible consommation. Le troisième concours du bidon de cinq litres organisé par Auto-Médica et Vélo-Sport fertois remportait un véritable succès. Imaginez que votre véhicule terrestre à moteur doit parcourir à une moyenne supérieure de 30 km/h la plus grande distance avec en tout et pour tout 5 litres de carburant. La vitesse n’a pas de comparaison avec celle atteinte par la Bugatti Chiron ni sa consommation moyenne de 22, 5 litres aux 100 kilomètres, le résultat de l’épreuve est pour les 750 cm3 :

  • 1. Marcel Grémillon sur Peugeot 198, 360 km
  • 2. Henri Petit sur Peugeot 185, 578 km
  • 3. Mme Lavie sur Peugeot 153, 260 km

En 1100 cm3, le podium est composé de :

  • 1. M Neuilly sur Mathis 93, 520 km
  • 2. M Godard sur Mathis 86, 140 km

Pour les voitures légères à quatre places, M Remoncol sur Peugeot parcourt 45, 200 lm et sur les cinq places et plus, M Lavie sur Renault affiche 76, 250 km. Il met en exergue les quadrilettes pour un triple succès. L’évolution de l’économie de carburants est impressionnante en une seule année, car l’année 1921 M Petit parcourait 117, 1 km. Cette année la distance arpentée augmente de 81, 260 km.

Elise Dardut

Épicurienne, je reste une jeune femme à l’aise dans son corps et dans sa tête. Je pense par moi-même, j’agis par moi-même, j’entends les conseils et n’écoute que mon intuition. « Le jour où l’homme aura la malice, la finesse et la subtilité de la femme, il sera le roi du monde… mais ce n’est pas pour demain », me chantait mon grand-père. Il m’a appris que « les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse. » (Coco Chanel) Depuis, je m’évertue, pour qui veut bien entendre et écouter, à distiller des graines ici et là, au gré du vent. Un proverbe indien explique que « si vous enseignez à un homme, vous enseignez à une personne. Si vous enseignez à une femme, vous enseignez à toute la famille » Il est temps d’inverser les rôles et admettre l’équité, non ?

2 réflexions sur “Il y a cent ans… une brève histoire de sports

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.