Société

Une rançon de 10 millions de dollars est réclamée au département de la Seine-et-Marne après la cyberattaque

Cette information fait les grands titres de chaque média en France. Une rançon est demandée après l’attaque des systèmes d’information. L’identité des opérateurs n’est pas encore révélée. Les services informatiques du département ne sont plus opérationnels depuis le 6 novembre 2022. L’ensemble des salaires comme les prestations sociales sont versés, assure Jean-François Parigi, le président du conseil départemental, qui promet de ne pas payer la rançon.

Depuis le mois d’avril, différents départements et ses conseils ont été les victimes de cyberattaques. Le département de l’Ardèche, le département de la Touraine et dernièrement celui de la Seine-Maritime. « Depuis ce dimanche 6 novembre, le département de Seine-et-Marne subit une attaque informatique d’envergure. Les services numériques ne sont plus opérationnels », déclarait le département dans un communiqué publié sur Twitter.

Les quatorze maisons départementales des solidarités et les 5 000 agents territoriaux sont affectés. Les équipes espéraient un retour complet à la normale d’ici six semaines. « L’objectif du président est que les Seine-et-Marnais et surtout ceux en difficulté accompagnés au quotidien par les services du département soient le moins touchés par cette cyberattaque », a ajouté le département.

Jean-François Parigi, le président du conseil départemental au centre promet de ne pas payer la rançon. (Crédits : capture d’écran/CD77)

Depuis le lendemain 7 novembre 2022, l’enquête a été confiée à la brigade de lutte contre la cybercriminalité (BL2C) et à la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité (SDLC) de la police judiciaire. À ce stade, « nous n’avons pas connaissance de fuite de données personnelles », a déclaré ce matin 17 novembre 2022 M. Parigi, précisant que des vérifications étaient encore en cours. « Je n’ai aucune raison de payer cette rançon », a affirmé le président.

Romuald Pena

Journaliste et curieux de nature, j’aime les mots et ce qu’ils chantent aux oreilles qui les entendent. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité », assurait Pablo Neruda. Ainsi j’apporte des faits, des faits, encore et toujours des faits, car : « Nous ne pouvons être condamnés à pire, à juger les autres, à être des juges. » (Le Testament d’Orphée, de Jean Cocteau)

2 réflexions sur “Une rançon de 10 millions de dollars est réclamée au département de la Seine-et-Marne après la cyberattaque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *