Joyeuse Saint Patrick

Incontournable, ce 17 mars 2022, comme chaque année est la journée de la Saint Patrick. Tous la célèbrent, vêtus de vert, déambulant ici et là souvent avec une boisson fermentée à base de houblon, à leur boutonnière, fièrement est porté un trèfle. Au fil des années, cette fête catholique est devenue civile. Elle s’est imposée au même degré qu’une fête nationale, devenue internationale. Que vous soyez à New York, Guéthary, à Wesport… il est bon de chanter la joie de vivre, commune à tous les Irlandais, malgré l’histoire mouvementée.

Avant d’être le saint patron de l’Irlande et instigateur du trèfle comme symbole du pays, sa vie n’est pas banale. Maewyn Succat, de son véritable patronyme né vers 385 à Kilpatrick en Bretagne insulaire, désormais la Grande-Bretagne. Sauf, qu’elle est occupée par l’envahisseur romain. Son père est décurion, officier subalterne de l’armée romaine. L’île anglo-saxonne est romanisée depuis la conquête commençant en 43 pour s’achever en 83 de notre ère.

La météo n’arrête jamais les Irlandais, comme ci-dessus à Wesport. « Met these lovely people this morning ready for todays Parade in Westport, Happy St Patricks day to everyone ;)💚💚💚 », raconte le photographe, Amayo Photography, sur sa page Facebook. (Crédits : Amayo Photography)

Âgé de seize ans, il est enlevé par des pirates et vendu comme esclave à un druide irlandais. Il devient berger pour le compte de son maître, jusqu’à ce que, selon la légende, Dieu lui fasse signe et lui ordonne de s’enfuir. Il aurait pris le dernier navire des troupes romaines qui quittaient le pays et débarque en Gaule. Il se rend alors à Auxerre, où il se met à étudier la théologie sous la direction de Saint-Germain.

Il n’a pas été le premier missionnaire dans le pays, mais il est celui qui est considéré ayant le mieux réussi. (Crédits : Nheyob)

Diacre, puis évêque, c’est à la demande du pape Célestin qu’il retourne en 432 sur la terre qu’il n’avait connue qu’en tant qu’esclave, pour évangéliser le peuple irlandais. Il aurait eu l’idée le trèfle, car la forme de la plante lui permet d’expliquer le concept de la Trinité aux Irlandais : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Les légendes le présentent faussement comme l’homme qui a chassé les serpents, alors que le climat et la situation géographique de l’Irlande n’ont jamais offert aux serpents de coloniser la région. La parabole semble se référer aux rites païens, dont certains furent transformés pour intégrer la religion prêchée.

Wesport est à l’image de l’Irlande, colorée, chaleureuse, accueillante… un véritable coin de paradis sur Terre. (Crédits : DR)

Il serait probablement décédé le 17 mars 461 à Downpatrick, après la harpe celtique, les Irlandais prennent le « shamrock » (le trèfle) comme emblème. C’est la date que chaque année les Irlandais célèbrent Maewyn Succa, devenue évêque. Parmi les symboles de la fête de la Saint-Patrick, n’oublions pas les leprechauns. Farfadets malicieux qui aiment jouer des tours aux humains. Ils possèdent une marmite remplie d’or, qu’ils cachent généralement au pied d’un arc-en-ciel.

Fidel Plume

Équilibriste des mots, j'aime à penser qu'il existe un trésor au pied de chaque arc-en-ciel. Un sourire éclaire la journée de la personne qui le reçoit. Elizabeth Goudge disait : « La gratitude va de pair avec l'humilité comme la santé avec l'équilibre. »

Une réflexion sur “Joyeuse Saint Patrick

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.