Qui est le plus rapide entre l’escargot et la limace ?

Imaginons que vous deviez arrêter votre choix entre ces deux êtres pour faire une course en binôme. Qui désignerez-vous entre la limace avec son corps élancé, profilé ou bien l’escargot qui porte sa « maison » sur le dos, donnant plus de prise au vent ? La réponse à la question est plus facile à donner qu’il n’y paraît de prime abord. Êtes-vous sûr de votre choix ? Très bien, les jeux sont faits, rien ne va plus…

Commençons par faire connaissance. Ils sont tous deux des mollusques gastéropodes. Mais, bien sûr ! Premièrement, un mollusque vient du latin mollusca, c’est un animal invertébré, à corps mou. Puis, le gastéropode est un mollusque aquatique ou terrestre muni d’un large pied ventral (servant à la reptation, parfois à la natation) et le plus souvent d’une coquille univalve hélicoïdale (généralement dextre). Les gastéropodes forment une classe importante, groupant actuellement plus de 7 000 genres, explique le Larousse.

Les limaces sont victimes de leur couleur et aspect, pourtant elles sont un élément essentiel de la biodiversité (Crédits : Maxime Thibault/Pixabay)

Une limace est le nom commun de certains mollusques gastéropodes pulmonés, terrestres ou marins, apparemment sans coquille.Les limaces sont des animaux polyphylétiques, explique le site aquaportail. Elles s’apparentent à des escargots dont la coquille a presque disparu, très réduits et quasiment invisibles. Elle conserve un reste de coquille, mais à l’intérieur de leur corps. Il sert de stockage pour les sels de calcium indispensables à la digestion.

Une jeune limace est appelée limaçon

Malgré leur réputation de nuisible, elles jouent un rôle important dans l’écosystème, dont l’être humain fait partie intégrante. Elles sont détritivores (elle se nourrit de débris animaux et végétaux) ou mycophage (champignon). Donc si elles mangent vos salades, c’est pour une bonne raison, le déséquilibre de la chaîne alimentaire, mais aussi parce qu’elles sont affamées. La solution, leur offrir une alternative avec une planche de bois au sol. Elles peuvent participer au compostage de vos déchets verts. De plus, elles sont à leur tour des mets de choix pour d’autres, « les hérissons, les serpents, les nématodes, les staphylins, les lézards ou les oiseaux ». De plus la science s’inspire de la nature, donc des limaces. Ainsi des chercheurs de Harvard ont développé un scotch qui pourrait révolutionner la chirurgie.

L’escargot est un équilibriste. Ils sont environ 60 000 à 75 000 espèces différentes connues dans le monde entier (Crédits : azeret33/Pixabay)

Les escargots sont apparus sur terre, il y a 600 millions d’années, d’abord dans l’eau puis sur terre. Leurs « cornes » sont en fait des tentacules, les plus grandes sont les yeux, celles du dessous constituent un organe à la fois tactile et olfactif. Son plus grand atout n’est pas sa vue, mais les « cornes » inférieures lui permettant de se déplacer par le toucher. Son muscle reptateur ne lui confère pas de marche arrière. Le pied qui est en fait un énorme muscle capable de se contracter et de s’allonger n’autorise qu’un déplacement vers l’avant.

Hermaphrodite comme sa cousine

La plupart des escargots, comme les limaces sont hermaphrodites. L’accouplement est toutefois nécessaire pour fertiliser les ovules de chaque individu. Ils ne sont pas comme Nemo le désormais célèbre poisson-clown, hermaphrodite successif. C’est-à-dire qu’ils commencent leur vie mâle, pour la finir femelle, ou inversement. L’escargot possède une particularité. À la fois mâle et femelle, il possède des ovules et des spermatozoïdes, cependant les produits de reproduction mâle arrivent à maturité avant les produits de reproduction femelle. C’est pour cela qu’il doit s’accoupler avec un partenaire, pour une fécondation dite croisée.

Un véritable pèlerinage, d’un côté comme de l’autre. (Crédits : open street map)

Un périple de 45 ans

Mais revenons à votre choix pour la course, imaginez qu’elle se déroule entre Paris et Marseille, soit une distance de 794 kms. En qualité de binômes vous effectuez le retour, lequel des deux groupes sera le plus rapide. Supposons que vous marchiez à la vitesse de cinq kilomètres par heure. Votre temps devrait être inférieur à 178 heures —177 h et 8 minutes pour être exact — . Malgré la coquille apparente contenant ses viscères, l’escargot se déplace à la vitesse moyenne de 0.005 km/h tandis que la limace prend plus son temps et file à la vitesse moyenne de 0.002 km/h. Donc la limace effectuerait la distance de Paris à Marseille en 397 000 heures, qui convertit avec la calculatrice magique donne 45 ans 116 jours et 16 heures. L’escargot quant à lui prendrait 149 940 heures correspondant à 18 ans 46 jours et 16 heures. Bon courage !

La conclusion est simple, ne vous fiez jamais aux apparences, elles sont parfois trompeuses.

Romuald Pena

Journaliste et curieux de nature, j’aime les mots et ce qu’ils chantent aux oreilles qui les entendent. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité », assurait Pablo Neruda. Ainsi j’apporte des faits, des faits, encore et toujours des faits, car : « Nous ne pouvons être condamnés à pire, à juger les autres, à être des juges. » (Le Testament d’Orphée, de Jean Cocteau)

Une réflexion sur “Qui est le plus rapide entre l’escargot et la limace ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *