Il y a cent ans… la fièvre méditerranéenne était vaincue

Le scepticisme est tenace évoque le journal Le Temps en ce 2 avril 1922, surtout lorsqu’il s’agit de médecine. La fièvre méditerranéenne, ou brucellose était vaincue annoncée le corps médical, à travers l’article du docteur Henri Bouquet. La brucellose humaine est liée à celle du bétail domestique et aux produits laitiers crus provenant d’animaux infectés. Elle est devenue rare en France depuis la mise en place de mesures prophylactiques sévères prises à partir de 1975.

La presse s’amusait d’un tel nombre de noms pour une seule maladie. Longtemps baptisée la fièvre de Malte, mais l’Angleterre craignait que cela nuise à l’une de ses possessions, et demanda à en changer le nom. Elle devint la fièvre de Chypre, puis celle de Naples, celle du Levant… il fut décidé de l’appeler fièvre méditerranéenne, pour ménager la chèvre et le chou. Elle fut observée dans divers coins du monde, mais en France, c’est en Provence comme en Corse qu’elle était étudiée avec beaucoup de soin par plusieurs médecins du Gard. Elle était reliée à la consommation de lait de chèvre.

Les conditions d’hygiène diffèrent de la campagne à la ville, mais également en fonction des individus. Mais c’est le fait de faire bouillir le lait qui rebuta le plus les gens, habitué à le boire tel qu’il était trait aux pis de la chèvre, nature. (Crédits : David Bruce/Wellcome Library, London)

La brucellose est une infection causée par plusieurs espèces de bactéries Gram négatives Brucella, caractérisée par de la fièvre et des symptômes touchant tout l’organisme. Elle est principalement contractée par contact avec des animaux infectés, en consommant du lait ou d’autres produits laitiers contaminés non pasteurisés, et également de la viande contaminée mal cuite. « Il n’était pas aisé d’enseigner aux gens ordinairement un peu frustes qu’elle menaçait la propreté minutieuse qu’exigeait leur préservation. Ils acceptaient pas volontiers les recherches que l’on voulait faire sur leurs troupeaux pour dépister les bêtes dangereuses », témoignait le Dr Henri Bouquet. Ce sont les travaux de MM. Nicolle et Conseil, de l’institut Pasteur de Tunisie qui ont amené un armement complet contre la brucellose.

Elise Dardut

Épicurienne, je reste une jeune femme à l’aise dans son corps et dans sa tête. Je pense par moi-même, j’agis par moi-même, j’entends les conseils et n’écoute que mon intuition. « Le jour où l’homme aura la malice, la finesse et la subtilité de la femme, il sera le roi du monde… mais ce n’est pas pour demain », me chantait mon grand-père. Il m’a appris que « les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse. » (Coco Chanel) Depuis, je m’évertue, pour qui veut bien entendre et écouter, à distiller des graines ici et là, au gré du vent. Un proverbe indien explique que « si vous enseignez à un homme, vous enseignez à une personne. Si vous enseignez à une femme, vous enseignez à toute la famille » Il est temps d’inverser les rôles et admettre l’équité, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.