La galette des Rois

Ce moment de partage et de gourmandise, qui surpasse les religions ou croyances, subi bien des évolutions au fil des siècles. De l’époque romaine à nos jours en passant par la monarchie, les us et coutumes changèrent. Une tradition ancrée qui se partage au bureau comme à la maison, que ce soit en famille, entre collègues ou avec des amis.

Selon un sondage effectué entre le 2 et 3 janvier 2018 par l’Institut français d’opinion publique (IFOP) pour la fédération des entreprises de boulangerie (FEB), 94 % des personnes interrogées en consomment dont certains plusieurs fois pour 64 %. Près de la moitié des Français l’achète chez leur artisan, et plus d’un tiers en grande surface commerciale, les autres gourmands la confectionnent chez eux. « Les pâtissiers se régalent à la faire, les boulangers se régalent à la faire, nos clients se régalent à la consommer », salivait Thierry Marx dans l’histoire à la carte sur France info. Ce sont plus de neuf Français sur dix qui consomment de la galette au mois de janvier.

La galette des Rois briochée (Crédits : DR)

Mais d’où vient-elle ?

Il faut enfourcher la machine à explorer le temps, pour se retrouver dans la Rome antique. Lors des fêtes des Saturnales, une semaine avant le solstice d’hiver (à partir du 17 au 23 décembre), les Romains célébraient le dieu Saturne. C’était l’occasion de réjouissances populaires. Durant cette période, l’ordre hiérarchique est aboli. Si bien que l’autorité des maîtres sur les esclaves est suspendue. Les Romains utilisaient une fève pour déterminer le « Roi » d’un jour. Ainsi l’heureux élu, avait le pouvoir d’exercer tous ses désirs, quel qu’ils soient, avant d’être mis à mort, ou retourner à sa vie servile.

« L’Hiver ou Les Saturnales » d’Antoine-François Callet. (Crédits : Musée du Louvre)

Dans « Recherches de la France » d’Étienne Pasquier, écrit en 1581, l’homme de loi explique la coutume, à laquelle il assiste dans le livre IV au chapitre IX. « Celle des Rois […] une infinité de débauches de bouche. Celui qui est le maître du banquet a un grand gâteau, dans lequel il y a une fève cachée, gâteau dis-je, que l’on coupe en autant de parts qu’il y a de gens conviez au festin. Cela fait on met un petit enfant sous la table, lequel le maître interroge sous le nom de Phébé […] À cet interrogatoire l’enfant répond d’un mot latin Domine, pour cela le maître l’adjure de dire à qui il distribuera la portion du gâteau qu’il tient dans la main. » Le convive recevant la part contenant la fève est désigné « Roi » de la compagnie. Les fêtes perdurent souvent jusqu’au 6 janvier.

Capture d’écran de Recherches de la France, Livre IV chapitre IX (Crédits : Source gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France)

La date du 6 janvier évoque dans la religion catholique, l’épiphanie. « La fête est venue d’Orient où elle a été fixée au 6 janvier : fête des lumières, fête de l’eau, elle est beaucoup plus la célébration de l’inauguration du ministère public du Christ, lors de son baptême au Jourdain, qu’une festivité des événements de l’enfance de Jésus », explique sur son site l’Église catholique de France. Dans la liturgie latine, là où ce jour n’est pas férié, la célébration de cette fête est fixée au dimanche le plus proche du 6 janvier, cette année, ce fut le 3 janvier 2021. Elle est surtout la fête des Mages ou des « Rois ».

Au XVIe siècle, sous le règne de François 1er, la confection du gâteau des Rois est à l’origine d’une querelle entre boulanger et pâtissier. Le souverain, surnommé le « Roi Chevalier » trancha en faveur des pâtissiers. Les boulangers contournèrent cette faveur en confectionnant la galette des Rois, qu’ils offraient à leurs clients. Chaque année en France, c’est près de 30 millions de galettes qui sont mangées.

Le fameux Roscón de Reyes (Crédits : Torres en la cocina/TVE)

À l’origine, la naissance du Christ, la visite des rois mages et le baptême de Jésus étaient regroupés au 6 janvier. Au IVe siècle, l’Église romaine a déplacé la nativité au 25 décembre afin de combattre les fêtes païennes, suivie par l’Église d’Orient au début du 5e siècle. Pour les orthodoxes en Russie, le 6 janvier est le jour de la veille de Noël, en Grèce c’est le jour de la Théophanie, qui commémore la manifestation divine de la trinité lors du baptême du Christ dans le Jourdain. Quand en Espagne, le 6 janvier, les enfants reçoivent les cadeaux de « Noël », 12 jours après la naissance de l’Enfant Jésus, en dégustant le fameux et traditionnel Roscón de Reyes.

Romuald Pena

Journaliste et curieux de nature, j’aime les mots et ce qu’ils chantent aux oreilles qui les entendent. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité », assurait Pablo Neruda. Ainsi j’apporte des faits, des faits, encore et toujours des faits, car : « Nous ne pouvons être condamnés à pire, à juger les autres, à être des juges. » (Le Testament d’Orphée, de Jean Cocteau)

Une réflexion sur “La galette des Rois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.