Il court, il court, le furet (1re partie)

Les comptines cachent souvent des histoires et légendes. Ces chers chérubins ne comprendront que bien plus tard, comme leurs parents les messages sous-entendus ou dissimulés. Leurs faits se déroulent antérieurement au XXe. Il était un petit navire, dansons la capucine, le Bon Roi Dagobert, au clair de la lune, une souris verte, ne pleure pas Jeannette, ou encore c’est la Mère Michel… évoquent souvenirs pour différentes générations. Écrites au XVIIIe et XIXe siècle, connaissez-vous leurs significations ?

Il s’agit de résister sans plier, il permet avec l’esprit du vaudeville de moquer le clergé, la cour du Roi, ou de témoigner d’une tranche de vie. « Dansons la capucine » s’inspire de la mélodie de la Carmagnole, qui n’est autre que le chant révolutionnaire fut composé en 1792 à la suite de la chute de Louis XVI. Cette ronde pour enfants vit le jour en 1868, puis revint en 1885. Elle raconte la différence entre les riches et pauvres. Ces derniers n’ont rien à perdre, car ils ne possèdent pas plus.

Dansons la capucine
Y'a du plaisir chez nous
On pleur' chez la voisine
On rit toujours chez nous
Youh!

Le dernier couplet, ci-dessus évoquerait la maison de la voisine qui brûle. Le doute persiste sur la signification de la Capucine, et donc plusieurs hypothèses existent. Le gilet des ouvriers du Piémont, l’allusion à l’image des robes qui forment une capuche lorsqu’on s’accroupit à la fin de la ronde, ou encore l’anneau de métal qui relie le canon et le bois d’une arme à feu (Terme d’arquebusier), faisant référence aux canons de la Carmagnole.

Le bon Roi Dagobert

La chanson date de 1750. Elle évoque deux personnages historiques, Dagobert Ier, roi mérovingien et Saint Éloi, son principal conseiller. Certaines paroles ridiculisent la royauté. « Le bon roi Dagobert a mis sa culotte à l’envers », est la plus connue.

Comme dans « Les sucettes à l’anis », écris par Gainsbourg pour France Gall, ou « Moi… Lolita » interprétée par Alyzée, il n’est aucunement question de confiserie dans la première, mais de l’objet de convoitise de la même manière que dans la chanson écrite par Mylène Farmer. (Crédits : Dorothée Quennesson/Pixabay)

Certaines paroles, datant de la période révolutionnaire, laissent à penser qu’ils cherchaient à moquer Louis XVI et Marie-Antoinette d’Autriche. La recette semble être parfaite que les royalistes reprirent la quinzième strophe au départ de Napoléon Ier à l’île d’Elbe.

Au clair de la lune

Tous connaissent l’ami Pierrot, et la légèreté de la plume. C’est bien là qu’il faut chercher, dans le double sens. Elle date du XVIIIe siècle. Un homme demande à Pierrot s’il a de la lumière, mais déjà au lit, il lui conseille e voir avec la voisine. L’allégorie de la lume, évoque la flamme, mais la plume et la chandelle sont deux symboles du sexe masculin. Quant à la métaphore du feu, elle évoque la passion et l’ardeur sexuelle.

Le moyen de laisser entrevoir d’autre message au sein d’un texte est depuis tout temps légion. Dans le tube planétaire « One » du groupe U2, il ne s’agit pas à proprement parlé d’une ballade romantique. « C’est une chanson de rupture », expliquait Bono. (Crédits : DR)

Ajouter « On bat le briquet » signifiant tirer un coup, et le « Lubin » qui n’est qu’un moine perverti, vous comprendrez aisément que la morale se devait de clore les débats avec « Mais je sais qu’la porte Sur eux se ferma… ». Dorénavant, le dernier couplet laisse votre imagination s’envoler.

Il court, il court, le furet

Au premier sens, il s’agit d’une contrepèterie. Inversez le « c » et le « f »… Vous y êtes ? À voir votre sourire et vos mimiques, oui ! Cela remonte aux années 1710-1720, durant l’épisode de la Régence. L’auteur marquait Dubois en deux mots, mais la chanson relie les syllabes.

Il court, il court, le furet
Le furet du bois, mesdames,
Il court, il court, le furet
Le furet du bois joli.

Le pouvoir était exercé par Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV. Son principal conseiller était le cardinal Dubois, réputé pour son amour des Dames. Il s’agit d’une attaque contre la politique du régent et les méthodes de l’abbé Dubois auprès des dames de la cour pour se maintenir au pouvoir.

Fidel Plume

Équilibriste des mots, j'aime à penser qu'il existe un trésor au pied de chaque arc-en-ciel. Un sourire éclaire la journée de la personne qui le reçoit. Elizabeth Goudge disait : « La gratitude va de pair avec l'humilité comme la santé avec l'équilibre. »

Une réflexion sur “Il court, il court, le furet (1re partie)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.