Connaissez-vous les scarabées ?

Vous n’êtes atteint de nyctalopie, c’est bien dommage, car vous verriez parfaitement dans la nuit la plus sombre, comme le bousier scarabaeus satyrus. Certains animaux et insectes se sont tout à fait adaptés à la vie nocturne, quand nous, être humain, avions des torches, lampes à huile et électriques… Le scarabée vénéré en Égypte est souvent décrié, il mange de la bouse, c’est un insecte, est-il nuisible ? Il est intéressant de se pencher au-dessus de nos jardins pour y regarder l’infiniment petit, sans y voir une invasion, car ils étaient là avant nous et nous survivrons.

Il ressort régulièrement dans les films dont l’action se situe en Égypte, dans des livres, tel le Scarabée d’or (The Gold Bug) d’Edgar Allan Poe, parue en juin 1843 dans le journal de Philadelphie Dollar Newspaper, et au cœur de l’empire des pharaons. Il n’est pas rare depuis que les archéologues et les égyptologues recherchent reliques et de secrets anciens, qu’ils découvrent des tombes contenant des chats momifiés et de rares scarabées. Au cours de la momification, il a même fini par prendre la place du cœur du défunt, car il est devenu le Dieu Khépri, représenté par un homme à tête de scarabée, ou comme un scarabée poussant un disque solaire. Khépri est une entité de la mythologie égyptienne associée au soleil et symbole de la renaissance, sa tête, en forme de demi-disque rayonnant, tel un lever de soleil, évoquant l’éternel recommencement.

Khépri est un des premiers dieux de l’Égypte ancienne, il serait apparu en -5000 avant notre ère. Il est la forme que Râ, Dieu créateur a prise pour concevoir le Soleil. (Crédits : Mythologica)

En tous lieux de la planète, ou presque, ils sont représentés par 30 000 espèces, de formes variés. Au sein des plus connus, les hannetons, les cétoines et les scarabées proprement dits. Ils sont déterminée par leur classe, Hexapodes, leur ordre, Coléoptères, et leur super-famille, Scarabéoïdés.

Qui est-il ?

Sa taille est située autour de 1 cm ou plus, mais n’excède pas les 3 cm de long, il existe, comme toujours, des exceptions. Le scarabée Goliath, dont la larve pèse jusqu’à 115 g pour 115 mm de longueur, mais également le megasoma actaeon, appelé le scarabée éléphant peut atteindre près de 14 cm. Le lucane cerf-volant, Lucanus cervus, est quant à lui, avec ses 80 millimètres pour le mâle (mandibules comprises), le plus grand Coléoptère d’Europe. L’individu se nourrit, selon les espèces, de fruits, de racines ou d’excréments d’animaux et de matières en cours de décomposition. Il fabrique alors des boulettes qu’il stocke sous la terre dans des galeries creusées avec ses pattes. C’est au sein de ces dernières que la femelle pond ses œufs. Les larves se développeront dans un garde-manger à profusion. Sa durée de vie dépend de ses fréquentations, il peut atteindre les trois années sans qu’il ne croise la route de hérissons, lézards, fourmis, moineaux et mésanges.

Le scarabée bousier conçoit ses petites boules de bouses et autres détritus. Il joue un rôle essentiel, car il contribue à l’accélération de la décomposition du bois mort, des moisissures et excréments des animaux. Fervent partisan de la nature, en enfouissant ces boulettes dans le sol, il concourt à fertiliser la terre. (Crédits : Baynham Goredema/Pixabay)

Par contre, le hanneton commun (Melolontha melolontha) est lui un radicivore. Reconnaissable à ses élytres bruns, c’est un prédateur et particulièrement destructeur dans le potager et jardin d’ornement, car les larves se nourrissent que de racines. Les vers blancs affaiblissent ou anéantissent plantes et gazon. Elles sont cependant l’un des mets favoris d’oiseaux, hérissons et taupes. Jusqu’aux fourmis qui peuvent réguler leur population en s’alimentant des œufs. Chaque individu joue un rôle important, et devient indispensable à la biosphère, même l’Homme dans une certaine mesure.

Spécimens atypiques

Le bousier africain va chercher sa pitance, comme ses congénères, mais seulement lorsque la nuit est tombée. Quand vous déambulez en pleine obscurité, hormis muni d’une lampe électrique ou que vous soyez nyctalope, vous ne verrez pas grand-chose. Le scarabaeus satyrus, selon les chercheurs s’oriente différemment de l’être humain. Si nous arrivons à nous diriger à l’aide d’étoiles, ils en sont incapables, car trop peu d’intensité lumineuse émise. Marie Dacke, de l’Université de Lund, en Suède, et ses collègues ont montré que lors des nuits sans lune, un bousier sud-africain peut s’orienter grâce à la Voie lactée.

« C’est son adaptation : il ne peut pas voler, donc il reste sur place et laisse son armure spécialement conçue pour subir l’assaut jusqu’à ce que le prédateur abandonne », David Kisailus, professeur à l’université de Californie. Inutile donc de tenter de le piétiner. (Crédits : David Kisailus/UCI)

Le Nosoderma diabolicum, qui évolue dans les habitats désertiques du sud-ouest des États-Unis, développe des capacités peu ordinaires. Le scarabée cuirassé diabolique mérite fièrement son sobriquet. Alors qu’il mesure entre dix et vingt millimètres, il peut supporter des forces jusqu’à 39 000 plus importe que son poids. Rassurez-vous, ce n’est pas un bug informatique, cela correspondrait pour un individu de 90 kilogrammes à une charge de 3,5 millions de kg. Selon les chercheurs, il pourrait ainsi résister au passage d’une voiture et la force exercée par le pneu estimée à 100 newtons, impressionnant non ?

Fidel Plume

Équilibriste des mots, j'aime à penser qu'il existe un trésor au pied de chaque arc-en-ciel. Un sourire éclaire la journée de la personne qui le reçoit. Elizabeth Goudge disait : « La gratitude va de pair avec l'humilité comme la santé avec l'équilibre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.