Audika victime d’une cyberattaque

Les données personnelles des clients de l’audioprothésiste auraient subtilisé par des opérateurs. Les intrus ont pu, selon Cnet, s’emparer des informations de l’enseigne, y compris les numéros de téléphone des clients. L’entreprise créée en 1976 compte pratiquement 600 centres auditifs en France. L’attaque aurait eu lieu avant le 1er juillet 2022. Une enquête diligentée par la firme est en cours, après avoir notifié la CNIL comme l’impose le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).

« Madame, Monsieur, nous vous informons que nous avons subi un incident de sécurité au cours duquel un tiers non autorisé a malheureusement accédé à vos données personnelles ». C’est par ce courriel envoyé par Michaël Tonnard, directeur général d’Audika, vendredi 1er juillet 2022 que l’entreprise informait l’ensemble de ses clients en métropole. Lors de l’attaque, le ou les opérateurs malveillants auraient, semble-t-il, pu accéder aux prénoms, noms, numéros de client, adresses postales comme électroniques, numéros de téléphone. Jusqu’aux dates de naissance des utilisateurs disposant d’un compte en ligne.

Sur son site internet, la société dont l’expertise débute à la prise en charge des acouphènes, des troubles auditifs de l’enfant ou encore des implants, affirme traiter plus de 200 000 patients par an grâce à ses quelque 600 centres partout en France. (Crédits : Capture d’écran/Audika)

Le site de la boutique en ligne est en maintenance, le temps d’effectuer le constat des dégâts qui auraient être occasionnés. La crainte est que les clients soient impactés par des tentatives d’hameçonnage ou phishing, car les cybercriminels seraient à même de contacter un à un les clients pour leur soutirer des informations supplémentaires, comme des numéros de cartes bancaires. C’est pour cela que la marque conseille fortement chaque client à changer de mot de passe.

Romuald Pena

Journaliste et curieux de nature, j’aime les mots et ce qu’ils chantent aux oreilles qui les entendent. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité », assurait Pablo Neruda. Ainsi j’apporte des faits, des faits, encore et toujours des faits, car : « Nous ne pouvons être condamnés à pire, à juger les autres, à être des juges. » (Le Testament d’Orphée, de Jean Cocteau)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *