La Politique et ses chiffres

Le premier tour des élections départementales et régionales s’est déroulé ce dimanche 20 juin, jour de fête des Pères. À en croire tout ses femmes et hommes politiques, ils sont ravis des résultats en général. Les pourcentages sont élevés pour certains partis, et moindres pour les autres. Quelles sont les modalités d’un scrutin, entre votants inscrits, votes blancs, suffrages exprimés… et la grande gagnante est l’abstention.

La plupart des médias parlent exclusivement des élections. Certains se félicitent du score reçu par les votes des électeurs, très bien. Pour autant, ils se réfèrent aux suffrages exprimés, non aux pourcentages des voix des inscrits. Prenons l’exemple de la plus grande région de France, la Nouvelle-Aquitaine présidée par Alain Rousset, et ses 4 352 411 inscrits. Une abstention record de 64, 09 % (2 789 312) fausse quelque peu les résultats réels du premier scrutin. En effet, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur seuls 1 491 556 individus sur les 1 563 099 ont vu leurs votes « exprimés » (39 219 blancs et 32 324 nuls), soit tout juste plus du tiers (34, 27 %).

Le président de la région Nouvelle-Aquitaine brigue un cinquième mandat après être arrivé en tête des suffrages exprimés au premier tour. (Crédits : Stéphane Lefèvre/La Montagne)

« Il y a toujours une surprise dans chaque élection, cette fois, c’est nous. Ce soir, nous sommes dans l’euphorie alors que les sondages nous donnaient à 2 %. Bravo aux électeurs qui ont eu envie d’aller voter pour nous, cela mérite le respect », explique Eddie Puyjalon (tête de liste Mouvement pour la ruralité/Résistons avec Jean Lassalle) Sud-Ouest. Le parti recueille 7, 30 % des suffrages exprimés (108 832 voix) et seulement 2, 5 % des inscrits. « Il y a la satisfaction de dépasser les 5 % et de voir que le RN, malgré le battage des media et des sondages, est bien moins haut que prévu », se réjouit Clémence Guetté (tête de liste LFI/NPA). Cependant en pourcentage d’inscrits, elle chute à 1, 94 %. Tout est une question de point de vue. La maire de Poitiers, Léonore Moncond’huy s’exprimait dans Centre-Presse : « Les élections régionales donnent des résultats très contrastés. Si Alain Rousset récolte 30 % des voix en Nouvelle-Aquitaine, à l’échelle de Poitiers, c’est bien moindre. Et ici, Nicolas Thierry se retrouve à hauteur de 25 %. La force porteuse, ici, c’est l’écologie […]. » L’édile a raison, la tête de liste Europe-Écologie-Les Verts (EELV) est créditée de 25, 2 % contre 23, 52 % pour le président sortant. Respectivement, ils recueillent 7, 68 (3 353 voix) et 7, 17 % (3 129 voix) chez les Pictaves.

PoitiersFrançoise Coutant (2015)Nicolas Thierry (2021)Alain Rousset
Inscrits47 08943 67047 089 / 43 670
Votes exprimés10, 54 %25, 2 %34, 45 % / 23, 52 %
Vote inscrits4, 61 %7, 68 %15, 08 % / 7, 17 %
Abstention54, 62 %68, 47 %54, 62 % / 68, 47 %
Les résultats sont comparables lorsque les données de départ sont équivalentes. (Sources : ministère de l’Intérieur)

Conditions d’élections particulières

Pour être choisi au 1er tour des départementales, le binôme doit obtenir au minimum la majorité absolue des suffrages exprimés (soit plus de 50 %) et des suffrages équivalent à minima 25 % des électeurs inscrits. Si aucun duo n’est élu dès le 1er tour, il est procédé à un second tour. Au second scrutin, les deux paires arrivées en tête peuvent demeurer. Les autres peuvent se maintenir seulement s’ils ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des électeurs inscrits. Le binôme qui obtient le plus grand nombre de suffrages au second tour est élu. Les candidats se présentent en binôme composé d’une femme et d’un homme (art. L. 191). Une fois élus, les deux membres du binôme exercent leur mandat indépendamment l’un de l’autre. Pour être élu au premier tour de scrutin, un binôme doit recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal au quart des électeurs inscrits.

Acquise au candidat le plus âgé

Au second tour, la majorité relative suffit. En cas d’égalité de suffrages, l’élection est acquise au binôme qui comporte le candidat le plus âgé (art. L. 193). Quant aux régionales, l’élection est acquise au premier tour si une liste recueille la majorité absolue des suffrages exprimés. Pour qu’une liste puisse se présenter au second tour, elle doit avoir obtenu au premier tour un nombre de voix égal à 10 % du nombre des suffrages exprimés au niveau de la région. Si aucune liste ou si une seule obtient ce score, les deux arrivées en tête peuvent être présente au second tour (art. L. 346 et L. 558-19). Les fusions sont possibles en incluant des candidats de listes ayant obtenu au moins 5 %.

Le président sortant des Hauts-de-France, et candidat à l’élection présidentielle, Xavier Bertrand est l’un des douze sur les cent cinquante-cinq candidats de toutes les régions de France à dépasser les 10 % des inscrits. (Crédits : afp.com/François Lo Presti)

La loi électorale prend en compte comme vote exprimé (ceux permettant aux politiques d’occuper la place qu’ils convoitent) tous sauf les blancs et nuls. De plus heureusement que le pourcentage d’inscrit n’est pas pris en considération, il n’y aurait en France, peu de gens au second tour des régionales. En Corse, une bataille aurait lieu entre Gilles Simeoni (29, 19 % exprimés / 16, 37 % inscrits) et Laurent Marcangeli (24, 86 % / 13, 94 %) ainsi qu’en Provence-Alpes-Côte d’Azur avec Thierry Mariani (36, 38 % / 11, 75 %) et Renaud Muselier (31, 91 % / 10, 30 %).

Puis des présidents seuls élus :

Donc si les différents candidats s’évertuent à motiver les personnes ne souhaitant pas se déplacer aux urnes, cela en vain. Il est peut-être temps de revoir sa copie, ou du moins le sujet. Car en plein championnat d’Europe de football, lorsqu’une équipe n’obtient pas les résultats escomptés, c’est l’entraîneur qui est remercié. En exemple les élections présidentielles de 2017, où Emmanuel Macron recueille 66, 10 % des exprimés, mais seulement 43, 61 % des inscrits, avec un taux d’abstention de seulement un quart (25, 44 %) et 8, 59 % de blanc et nul. Marine Le Pen obtient 33, 90 % des exprimées (22, 36 % inscrits). Serait-il nécessaire de moderniser le code électoral en prenant en compte les véritables votes inscrits et non exprimés ?

Fidel Plume

Équilibriste des mots, j'aime à penser qu'il existe un trésor au pied de chaque arc-en-ciel. Un sourire éclaire la journée de la personne qui le reçoit. Elizabeth Goudge disait : « La gratitude va de pair avec l'humilité comme la santé avec l'équilibre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.