Il y a cent ans… le Métropolitain de Paris tardait à s’achever

Les Parisiens pensaient à fêter les noces d’argent du Métro, car cela faisait bientôt vingt-cinq années que fut mise en exploitation la première ligne. Celle qui transporte de la porte Maillot à celle de Vincennes était logiquement baptisée no1. M Bienvenüe ingénieur en charge des travaux, annonçait l’ouverture des prochaines lignes, entre autres Trocadéro-Porte-de-Saint-Cloud, enfin juste les quatre premiers kilomètres, jusqu’à la station du boulevard Exelmans.

C’est en grande pompe que d’ici l’année 1925 devrait être achevé les 135 kilomètres de voies du Métropolitain de Paris. Saviez-vous que M Fulgence Marie Auguste Bienvenüe, inspecteur général des ponts et chaussées, était chargé des services techniques et de l’éclairage, et du Métropolitain ? Son bureau était situé au 48 de la rue de Rivoli. L’homme né le 27 janvier 1852 à Uzel dans les Côtes-du-Nord (elles deviendront les Côtes-d’Armor en 1990) arborait cheveux et barbe de neige, contait le journaliste René Barjean. « Il a toujours ses sourcils épais, restés blonds, et ses yeux bleus ce Celte, brillant d’un feu vif, comme juvénile, et son sourire est toujours doux et aussi bon que naguère ». Suite aux études, le plan d’exécution de cette œuvre gigantesque lui fut confié. C’est en 1896, que les hautes instances décidément de créer comme à Londres, son métropolitain. La première ligne fut ouverte le 19 juillet 1900.

Surnommé « Le père du métro », l’homme y consacrera trente années. Ce sont en moyenne près de 48 personnes qui prennent le Métro chaque seconde à Paris et en Île-de-France ; cela représente 1,479 milliard de voyages par an dans le Métro. Autrement dit 4,1 millions de passagers transitent dans le métro parisien chaque jour. (Crédits : DR)

Le 13 juin 1922, il y avait 87 kilomètres de voies ferrées exploitées. « On est en train d’équiper treize kilomètres et cinq et dei sont en cours de construction », expliquait l’ingénieur. La somme dépensée à l’époque était astronomique, et jusqu’ici elle était de 600 millions de Francs, mais avait transporté 540 millions d’individus en une seule année. Sa famille est apparentée au Maréchal Foch, ayant épousé Julie Bienvenüe le 5 novembre 1883. En 1932, âgé de 80 ans, il fait valoir ses droits à la retraite, laissant derrière lui un réseau de douze lignes et près de 130 km, dont 115 km édifiés sous sa direction. Il meurt à Paris le 3 août 1936, à l’âge de 84 ans. Il comporte maintenant 226,9 kilomètres et 308 stations.

Romuald Pena

Journaliste et curieux de nature, j’aime les mots et ce qu’ils chantent aux oreilles qui les entendent. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité », assurait Pablo Neruda. Ainsi j’apporte des faits, des faits, encore et toujours des faits, car : « Nous ne pouvons être condamnés à pire, à juger les autres, à être des juges. » (Le Testament d’Orphée, de Jean Cocteau)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.