MBDA ciblé par une extorsion de fonds des opérateurs derrière le groupe « Adrastea »

Le leader européen dans la conception de missiles et de systèmes de missiles visé par une tentative d’extorsion. Le groupe qui se réclame sous le patronyme « Adrastea » justifie avoir téléchargé environ 60 Go de données confidentielles. Les informations ainsi exfiltrées l’auraient été d’après les individus sur un disque dur externe. La firme réfute toute intrusion dans des systèmes d’information. Selon la revendication les données à vendre appartiendraient à la filiale italienne de MBDA et l’OTAN.

L’offre aurait pu rester confidentielle, si elle n’était pas sortie de quelques forums fréquentés par les cybercriminels explique LeMagIT. Depuis la diffusion du groupe Arvin sur son canal Telegram, dimanche 31 juillet 2022, elle s’est diffusée depuis comme une traînée de poudre. Les opérateurs derrière « Adrastea » expliquent que « nous avons trouvé des vulnérabilités critiques dans l’infrastructure des réseaux et avons eu accès aux fichiers et aux données confidentielles de l’entreprise. »

« L’origine des données a déjà été déterminée, elles ont été acquises à partir d’un disque dur externe. Il a été confirmé qu’il n’y a pas eu de piratage des réseaux sécurisés de l’entreprise », indique MBDA. Une enquête des autorités italiennes est en cours. (Crédits : capture d’écran)

L’entreprise qui affiche un chiffre d’affaires annuel de 4,2 milliards d’euros, emploie 13 000 personnes disséminés en France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni, États-Unis et en Inde. Le groupe assure qu’à ce stade des investigations « les processus de vérification internes de l’entreprise indiquent que les données mises en ligne ne sont ni classifiées ni sensibles ».

Romuald Pena

Journaliste et curieux de nature, j’aime les mots et ce qu’ils chantent aux oreilles qui les entendent. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité », assurait Pablo Neruda. Ainsi j’apporte des faits, des faits, encore et toujours des faits, car : « Nous ne pouvons être condamnés à pire, à juger les autres, à être des juges. » (Le Testament d’Orphée, de Jean Cocteau)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.