jeudi, février 29, 2024
International

Le ransomware Vice Society revendique de nombreuses attaques cybernétiques, le Canadien Okanagan et l’Italien SIB

Depuis peu, l’infrastructure de Hive est sous le joug des autorités américaines. Telle l’hydre, une tête se coupe qu’une autre pousse. Vice Society revendique et affiche de nouvelles victimes. Les opérateurs ont mis en accès les données de l’établissement scolaire canadien, Okanagan, soit plus de 800 GB. Mais également le cabinet de propriété intellectuelle SIB en Italie. L’entreprise est spécialisée dans la protection et l’application des brevets, marques, modèles, dessins et droits d’auteur.

Les opérations de Vice Society contre les institutions d’enseignement sont monnaie courante. L’Okanagan College, le Scheppers institut Wetteren, le NPTC Group of Colleges, et le Bristol Community College sont les derniers noms ajoutés à la liste des instituts ciblés par le collectif de hackers.

Les informations glanées auraient été le prénom, nom, date de naissance, adresse électronique, adresse postale, et le numéro de sécurité sociale (NAS). Comme pressenti de nombreux passeports sont exposés, et peuvent engendre une usurpation d’identité et autres délits. (Crédits : Okanagan College)

Concernant l’établissement d’enseignement supérieur situé à Kelowna, au Canada, l’attaque a été identifiée le 9 janvier 2023, vers 6 h 15. Un incident au cours duquel une entité non autorisée a eu accès à certains systèmes technologiques. « Dès que l’intrusion a été détectée, nous avons fermé les accès afin de limiter les impacts potentiels et nous avons engagé des experts en cybersécurité pour nous aider à réagir », expliquait l’entité par un communiqué le 23 janvier 2023.

Des données par centaines de milliers sont disponibles. Des passeports, des cours, des photos, mais également des conversations privées capturées sur les smartphones, identifiants, mots de passe, numéros de carte de crédit, contrats… jusqu’au plan de finance et budget. (Crédits : capture d’écran/Vice Society)

SIB cabinet italien de propriété intellectuelle aussi victime

Le cabinet protège la propriété intellectuelle à travers le monde, en Algérie, Équateur, Koweït… Des échanges internes sur la durée des brevets, sur l’évolution de la contrefaçon partout dans le monde…. L’établissement qui offre des conseils juridiques et une assistance en matière de contrefaçon, d’usurpation voit l’ensemble des données collectées, exposées à la vue de tous.

L’entité italienne n’a pas encore communiqué sur l’incident, ni sur son site, ni sur ses réseaux. (Crédits : capture d’écran/Vice Society)

L’Italie est également en proie à des données compromises. Red Hot Cyber explique que « les données de 1,5 million d’utilisateurs italiens de pharmacies en ligne ont été compromises. » C’est à travers le rapport d’un chercheur en sécurité, que le site a été informé. Le problème avait été soulevé, mais c’est le cloud qui abrite les instances desdites pharmacies qui a été « piraté ».

Romuald Pena

Journaliste et curieux de nature, j’aime les mots et ce qu’ils chantent aux oreilles qui les entendent. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité », assurait Pablo Neruda. Ainsi j’apporte des faits, des faits, encore et toujours des faits, car : « Nous ne pouvons être condamnés à pire, à juger les autres, à être des juges. » (Le Testament d’Orphée, de Jean Cocteau)

2 réflexions sur “Le ransomware Vice Society revendique de nombreuses attaques cybernétiques, le Canadien Okanagan et l’Italien SIB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *