lundi, mars 18, 2024
International

Le ransomware Play revendique la cyberattaque contre la Fédération Française de Rugby

La finale du championnat de France vient juste de couronner Toulouse face à La Rochelle, qu’un coup de tonnerre tombe sur l’ovalie, à moins de 78 jours de la coupe du monde. Mais le groupe revendique et affiche ce mercredi 21 juin 2023 d’autres victimes françaises. Le groupe Pacte novation basée à Issy-les-Moulineaux. Le premier est spécialisé en ingénierie informatique, mais comprend Novasys Inégénierie et Assigraph International. Puis le groupe Salins, l’un des principaux saliniers européens.

C’est par un post de l’Union Sportive Néracaise qui annonçait que la Fédération française de Rugby avait subi une « cyberattaque majeure » le 12 juin dernier que l’information apparaissait. Le 21 juin 2023, la fédération n’avait pas donné de nouvelle suite à la mise en place d’une cellule de crise. Le groupe criminel Play indique laisser un délai avant la publication des données le 27 juin.

Le communique de presse a été publié ce jeudi 22 juin.
« La Fédération Française de Rugby tient à rappeler que la protection des données du réseau fédéral reste une de ses plus grandes priorités.. » (Crédits: Capture d’écran/FFR)

La fédération à depuis publié un communiqué indiquant que l’attaque serait survenue entre le 7 et le 8 juin. « Dès que l’attaque a été identifiée, le 8 juin à midi, les équipes de la FFR ont rapidement pris des mesures », explique l’entité. Cette attaque a principalement affecté les serveurs de messagerie. C’est également le cas pour les groupes Salins et PacteNovation. Le site du dernier n’est plus accessible en ligne.

Le groupe de cyberdélinquants Play affiche 19 victimes de leurs attaques dans le même jour de la fête de la musique. LeMagIT informait de cette mise en ligne et revendication de la cyberattaques. (Crédits : capture écran/Play)

La firme usant du ransomware a également mis en ligne les entreprises Luis Simoes dans la logistique et le transport au Portugal, Allpro Consulting Group au Texas, PWI Engineering dans le New Jersey, Omnipol en Tchéquie… Tout autant d’entreprises qui risquent de voir leurs données accessibles à tout un chacun sur le dark web.

Romuald Pena

Journaliste et curieux de nature, j’aime les mots et ce qu’ils chantent aux oreilles qui les entendent. « La vérité, c’est qu’il n’y a pas de vérité », assurait Pablo Neruda. Ainsi j’apporte des faits, des faits, encore et toujours des faits, car : « Nous ne pouvons être condamnés à pire, à juger les autres, à être des juges. » (Le Testament d’Orphée, de Jean Cocteau)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *